carburants présents et futurs pour nos anciennes

Discutez de tout ici, sauf de mécanique :)
Attention, les sujets non visités depuis plus d'un an seront effacés automatiquement.
Avatar du membre
AJMA11
1000+ msg
1000+ msg
Messages : 1848
Enregistré le : jeu. 21 nov. 2013, 15:22
type de landcruiser : BJ 40 1976
ville : Carcassonne
pays : france
mon job : retraité

Re: carburants présents et futurs pour nos anciennes

Messagepar AJMA11 » mar. 07 avr. 2020, 16:02

en France, le principe administratif étant que "tout ce qui n'est pas précisément autorisé par une loi ou un règlement est interdit", je doute que la disposition citée permettent de livrer libre cours à toutes les fantaisies du tunning...

l'autorisation du constructeur du véhicule ne semble pas requise puisque le véhicule est ici considéré comme un "prototype" (????) et non pas comme un véhicule transformé (ce qui plutôt spécieux de la part du législateur...)

ceci étant dit, "certains" ont déjà la tête dans le mur mais persistent à se taper la tête dessus en croyant aller de l'avant...

pour une électrification digne de ce nom (pas pour mettre un moulin à café ou un sèche cheveux dans une vieille caisse) la disposition citée ne peut concerner que les quelques français fortunés (très fortunés même si on se base sur les prix US, la disposition excluant formellement les bricolages de génie...) qui voudront s'offrir une ancienne "à la mode" en l'électrifiant, je gage qu'après quelques tours de roue sur les Champs ou la Croisette, elles resteront immobilisées pour longtemps au fond d'un luxueux garage...

quant au chiffre avancé de l'ordre de 10.000 € pour une telle transformation, même basique... j'ai de sérieux doutes, même si c'est sans compter le coût des batteries ou de la pile à combustible... quand on sait que Renault ne vend pas mais loue les batteries de sa Zoé pourtant vendue plus de 30.000 € ...
et c'est aussi sans compter qu'il faudra probablement reconditionner au passage toute l'électronique vieillissante du véhicule qui est devenue l'une des principales causes de panne irréparable (économiquement s'entend) sur les "vieilles modernes"

comme le texte le précise bien, la transformation est INTERDITE aux véhicules déjà immatriculés en carte grise collection, et c'est normal puisque la transformation en électrique d'une ancienne éligible à la CGC, l'en exclut de fait (rappel : pour avoir droit à la CGC, le véhicule doit avoir plus de 30 ans et ne doit avoir subi aucune transformation notable)

la seule indication réaliste, mais marginale, de ce texte est celle qui concerne la possibilité d'utilisation d'une pile à combustible au lieu de batteries (enfin ! mais alors tout n'est peut-être pas perdu ! faut-il y voir déjà l'amorce d'une future condamnation des électriques à batteries par nos autorités ????)

en ce qui concerne plus directement nos BJ, on aurait bien aimé que nos législateurs pondent le même genre de texte pour permettre l'utilisation de véhicules routiers avec de l'HPV (huile carburant bio !),
mais hélas ! même si ce texte sortait un jour ou l'autre (on peut toujours rêver), on n'est pas prêts de pouvoir trouver une pompe HPV dans chaque station services, (déjà que même pour l'E85 ou le GPL la 1ère pompe est à 25 km de chez moi !!!)

Avatar du membre
Bastoun le sudiste
1000+ msg
1000+ msg
Messages : 1195
Enregistré le : jeu. 02 mars 2017, 23:28
type de landcruiser : BJ 43
ville : Abriès
pays : france
mon job : A mon compte
Localisation : Abriès - Reims

Messagepar Bastoun le sudiste » mar. 07 avr. 2020, 23:39

Bien d’accord sur le HPV, c’est navrant cette exception française encore une fois...

Et oui souhaitons que ça aille dans le bon sens sur les modifications de véhicules comme dit BJ45de84...

Sinon, ben heureusement y’a toujours Toyota au moins !!! :D

https://www.toyota.fr/world-of-toyota/a ... elle-mirai

Avatar du membre
AJMA11
1000+ msg
1000+ msg
Messages : 1848
Enregistré le : jeu. 21 nov. 2013, 15:22
type de landcruiser : BJ 40 1976
ville : Carcassonne
pays : france
mon job : retraité

Messagepar AJMA11 » mer. 08 avr. 2020, 10:23

actuellement, il n'y a quasiment que 3 constructeurs qui misent sur la pile à combustible et commercialisent déjà un modèle à hydrogène
HONDA, TOYOTA et HYUNDAI,
Hyundai serait le plus avancé et performant sur le plan technologique, il est en tous cas le 1er à commercialiser effectivement un modèle pour le grand public à prix "abordable", haut de gamme et tout de même encore dans les 60 k€... ça devrait toutefois baisser assez vite dès que la diffusion se généralisera...

reste que pour le moment, les stations qui ont une pompe à hydrogène sont quasi inexistantes, particulièrement en France (à part Paris et Lyon, c'est quasiment le désert... comme pour beaucoup d'autres choses, et puis il ne faudrait surtout pas faire de l'ombre à Renault qui ne veut pas miser sur cette technologie... ni sur le flex fuel d'ailleurs !),
gageons, qu'on est pas près d'en voir dans nos petites villes de province...

si vous craquez pour la pile à combustible, voilà où vous pouvez vous ravitailler (pas trop le choix et on peut constater qu'il n'y a aucun projet de nouvelle stations...)
heureusement encore qu'une voiture à hydrogène comme la Hyundai a une autonomie équivalente à celle d'une voiture à pétrole, avec 700 km d'autonomie, on doit pouvoir aller de Paris à Marseille et peut-être même à Nice ou Monaco et même en Sologne... ça donne une idée de la clientèle potentielle...
pour ceux qui vivent dans le quart Sud-Ouest ou Nord-Est contentez vous de rêver !

Image

Avatar du membre
AJMA11
1000+ msg
1000+ msg
Messages : 1848
Enregistré le : jeu. 21 nov. 2013, 15:22
type de landcruiser : BJ 40 1976
ville : Carcassonne
pays : france
mon job : retraité

Messagepar AJMA11 » mer. 15 avr. 2020, 11:19

le commencement de la fin des véhicules électriques à batteries ou une hérésie qui n'aura pas fait long feu :sm4: : même Renault n'y croit plus...

"...Le groupe automobile français a annoncé le lancement de sa première gamme de véhicules roulant à l'hydrogène. Cette technologie, extrêmement coûteuse, équipera d'abord des véhicules utilitaires. Renault veut s'installer sur son segment mais sans prendre de risques industriels et financiers... "

https://www.latribune.fr/entreprises-fi ... 31420.html

https://www.lemonde.fr/economie/article ... _3234.html

on n'a plus qu'à attendre un peu... les autres constructeurs vont tous s'y mettre et on assistera bientôt au vilipendage officiel des véhicules à batteries comme c'est actuellement le cas pour les Diesel (qui curieusement survivront probablement aux électriques à batteries... :lol: ),
que de pollution inutile et d'investissements gâchés (dans la production des batteries et l'installation des bornes de recharge...) alors qu'il aurait suffi de réfléchir et de patienter un peu...

Avatar du membre
BJ45de84
Bureau du club
Bureau du club
Messages : 3306
Enregistré le : lun. 12 juin 2006, 08:38
type de landcruiser : BJ 45 1984
ville : Fontenois les Montbozon
pays : France
mon job : Retraité
Localisation : Haute-Saône

Messagepar BJ45de84 » mer. 15 avr. 2020, 11:43

C'est pas grave, ce "gâchis" sera noyé dans la dette abyssale que la calamiteuse gestion du Covid est en train de creuser. Ces jours- ci, on se console comme on peut ... :-D

Plus sérieusement, si l'hydrogène est LA solution technique, sa production n'est pas encore optimisée. Produit avec des moyens "classiques", il consomme encore trop d'énergie pour sa fabrication.
Bernard
BJ 45 de 1984, dernière version avec BV4, disques, DA, 427 000 km. Propriétaire depuis 1986.
Rénové en 2002 : caisse arrière électro-zinguée 15/10, toit relevable alu.
Suspension +5 OME, turbo, BV5, réservoirs 150 l, compresseur d'air Sanden.

Avatar du membre
AJMA11
1000+ msg
1000+ msg
Messages : 1848
Enregistré le : jeu. 21 nov. 2013, 15:22
type de landcruiser : BJ 40 1976
ville : Carcassonne
pays : france
mon job : retraité

Messagepar AJMA11 » mer. 15 avr. 2020, 11:55

BJ45de84 a écrit :...si l'hydrogène est LA solution technique, sa production n'est pas encore optimisée. Produit avec des moyens "classiques", il consomme encore trop d'énergie pour sa fabrication.


on est d'accord sur ce point, mais on en est aux balbutiements,
la technique de production évoluera rapidement avec l'accroissement de la demande d'hydrogène liée à l'augmentation du nombre de véhicules à hydrogène commercialisés qui ne progressera qu'avec la multiplication des stations et leur répartition géographique... (mais c'est un peu l'histoire de l'oeuf et de la poule...)

Avatar du membre
AJMA11
1000+ msg
1000+ msg
Messages : 1848
Enregistré le : jeu. 21 nov. 2013, 15:22
type de landcruiser : BJ 40 1976
ville : Carcassonne
pays : france
mon job : retraité

Messagepar AJMA11 » mer. 15 avr. 2020, 12:28

pour info : extraits d'une note sur la possibilité d'utilisation de l'hydrogène comme carburant dans un moteur thermique "à allumage commandé" (pas applicable au diesel donc)

Extraits de la Fiche 5.1.1 Révision : septembre 2014 Source : AFHYPAC


Le moteur thermique (ou moteur à combustion interne) peut, dans son principe et sans modifications importantes, fonctionner à l’hydrogène pour produire de l’énergie mécanique en ne rejetant que de la vapeur d’eau ... et des oxydes d'azote (NOx).


Du seul point de vue de la thermodynamique certains de ces moteurs peuvent être convertis à l’hydrogène, notamment les moteurs à pistons à allumage commandé et les turbines à gaz.

Convertir un tel moteur à l’hydrogène ne change rien au principe, seules quelques modifications deviennent indispensables car:
- le carburant introduit dans les cylindres est gazeux, il y a nécessité d’injecteurs adaptés dont la technologie est à développer,
- pour un moteur atmosphérique à prémélange, l'hydrogène occupe un relativement grand volume, ce qui diminue la quantité de fluide de travail à chaque cycle et réduit de manière importante (au moins 20 à 25%) la puissance spécifique du moteur, mais en raison de la possibilité d’un taux de compression élevé1, 13 à 14, le rendement énergétique peut atteindre 36 % alors que celui des moteurs classiques à taux de compression plus bas (8 à 9) ne dépasse pas 30 %. La limitation en puissance spécifique peut être éliminée via des dispositifs d’injection appropriés (injection directe haute pression) et la suralimentation (turbo ou compresseur). On peut alors aboutir à des moteurs à très hauts rendements (plus de 40%), sur toute la plage de fonctionnement, rendements pouvant même dépasser ceux des meilleurs moteurs Diesel,
- l'hydrogène est très sensible à l'autoallumage et aux retours de flamme vers le collecteur d'admission (cas des moteurs à injection indirecte). En outre, le moteur doit être propre, en particulier exempt de dépôts de carbone qui, à leur tour, pourraient être à l’origine d’auto-allumage. C’est également pour remédier à ces inconvénients que le moteur rotatif a été adopté par la firme japonaise Mazda lors de la mise au point de ses véhicule à moteur à hydrogène à combustion interne (cf. ciaprès),
- la combustion étant environ six fois plus rapide que celle de l’essence, un réglage précis du moteur est indispensable comme il l’est également pour minimiser les émissions d’oxydes d’azote. L’adoption d’un système de dépollution sera probablement requis.

Quant aux matériaux constituant le moteur ils doivent être choisis résistants à l’hydrogène, en particulier pour éviter les risques de corrosion fissurante.


pour résumer, l'utilisation d'hydrogène comme carburant dans un moteur thermique, pas applicable pour un moteur diesel, possible pour un moteur essence (éventuellement en bicarburation) mais avec perte de puissance et pas sans difficultés et problèmes...

alors, reste l'huile HPV (pour les diesel) ou le méthane (essence ou diesel, éventuellement en bicarburation) à condition de trouver facilement l'un ou l'autre en station service...


Retourner vers « LA TAVERNE DU SERIE-4 »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités